09/11/2013 Manuel Valls jongle avec les indemnités policières

Le ministre de l’Intérieur, Manuel Valls, qui devait économiser 12 millions d’euros dans son budget en supprimant une indemnité de terrain aux élèves policiers et gendarmes, a opéré un recul cette semaine pour calmer les syndicats de police en grève des PV et en rogne contre cette mesure.

Il a demandé au «Directeur Général de la Police Nationale de revoir sans délai» en compensation «le régime des frais des élèves policiers», et de leur verser une «indemnité de stage», afin qu’ils récupèrent «environ 100 euros de pouvoir d’achat chaque mois».

Après ces annonces, les crédits 2014 de la mission sécurité (Police, Gendarmerie, sécurité civile, sécurité routière) ont été votés vendredi par l’Assemblée nationale, «les meilleurs possibles dans un contexte financier difficile» (+1,1% à 18,3 milliards, pensions comprises).

Manuel Valls a souligné que «tous les départs à la retraite seront encore remplacés dans la Police et la Gendarmerie» et les deux forces connaîtront des créations d’emplois (243 dans la Police, 162 dans la Gendarmerie).


P.T. Photo AFP
Patricia TOURANCHEAU

Le Syndicat CFTC POLICE observe que monsieur le Ministre de l'Intérieur fait un semblant de pas en arrière sur le retrait de l'ISSP des élèves Gardiens de la Paix, mais certainement pas à cause du semblant de "grêve des pv" !

Le ministère sait pertinemment qu'il a soustrait cette indemnité sans prendre le temps de respecter le cadre réglementaire et s'expose donc au recours contentieux dès le vote du budget par les parlementaires, ce qui est le cas depuis le 7 novembre !


La CFTC POLICE estime que cette initiative prise par monsieur le Ministre est plus certainement liée à notre passage à la DGPN en date du 22 octobre (point n°4) plutôt qu'à autre chose !

La CFTC POLICE précise par ailleurs qu'elle ne se satisfera pas de ce type de mesurette qui fera perdre à terme plus de 1200 euros de pouvoir d'achat aux élèves Gardiens de la Paix !

31/08/2013
LES FRANCAIS POURRONT LUNDI SAISIR LA POLICE DES POLICES (Afp)

Les Français pourront, dès lundi, saisir directement en ligne la "police des polices" ...

Voir l'article sur le site du Nouvelobs

31/08/2013
LA CONTRAINTE PENALE INSTAUREE (Libération / Afp)

La garde des Sceaux, Christiane Taubira, confirme un tournant à gauche avec la fin des peines planchers, des sorties sèches et l'instauration de peines de probation...

Voir l'article sur le site de Libération

GENNEVILLIERS : Libéré après une condamnation, il recommence à dealer

Source : Le Parisien du 28.08.2013

C'est ce qui s'appelle avoir de la suite dans les idées. Un homme a été interpellé, ce mardi 27 août vers 16 h 30 dans la cité du Luth à Gennevilliers (Hauts-de-Seine). Les policiers de la compagnie de sécurisation et d'intervention (CSI), épaulés par les effectifs de la brigade canine, ont remarqué le suspect en train d'opérer des allées et venues entre plusieurs bâtiments de cette cité sensible, classée en zone de sécurité prioritaire (ZSP.

Au cours de la fouille des lieux, les fonctionnaires ont découvert quelques grammes de résine de cannabis et près de 500 € en argent liquide.

«L'homme interpellé avait été condamné à 18 mois de prison, dont six avec sursis, à la mi-août par les juges du tribunal de Nanterre, confie une source proche de l'affaire. Mais il avait été remis en liberté à l'issue de l'audience. Ce dealeur est déjà bien connu des services de police. Il a été arrêté en compagnie d'un complice.»

Les deux trafiquants ont été placés en garde à vue au commissariat de Gennevilliers.

Article sur le site du Parisien

Violences au Trocadéro : Un haut fonctionnaire muté et placé au placard

Source : 20 minutes du 28.08.2013

POLICE - Il a payé un «manque de disponibilité» à la direction de l'ordre public et de la circulation...

Un haut fonctionnaire de la police parisienne, responsable du service d'ordre lors des violences à la fête du titre du PSG au Trocadéro à Paris à la mi-mai a été récemment muté à la «police des polices», a-t-on appris de sources policières jeudi.

Olivier Paquette, N° 2 de la direction de l'ordre public et de la circulation (DOPC), l'une des grandes directions de la préfecture de police de Paris (PP), en charge notamment de la sécurité des manifestations, dirigeait celles du 13 mai marquées par des violences qui ont émaillé le sacre du PSG au Trocadéro.

Selon les sources, le haut fonctionnaire a été muté cet été à l'Inspection générale de la police nationale (IGPN, la «police des polices») «en l'attente d'une éventuelle nomination dans un autre service actif» de la police. Ce passage à l'IGPN est considéré par les sources comme un «placard».

Le seul, «pour le moment»

Selon ces mêmes sources, Olivier Paquette a «payé les incidents» du Trocadéro mais aussi un «manque de disponibilité» à la DOPC, une direction très active où les policiers sont «constamment sollicités». «C'est le fonctionnement normal des services», a dit une autre des sources précisant que «plusieurs autres éléments [NDLR que le Trocadéro] ont pesé dans cette décision de mutation».

Selon les sources, c'est le premier et seul haut fonctionnaire muté, «pour le moment», à la suite de ces violences.

La droite avait réclamé le départ du préfet

Le successeur d'Olivier Paquette a été nommé par un arrêté ministériel en date du 21 août qui est publié jeudi au Journal officiel. Il s'agit d'Éric Belleut, contrôleur général, qui était jusqu'à présent le No 3 de la DOPC et doit prendre ses fonctions lundi. Un «professionnel reconnu» qui «fait l'objet d'un large consensus» à la PP, a précisé l'un des sources policières à son sujet.

Le 13 mai, malgré 800 policiers mobilisés, la fête souhaitée par les nouveaux propriétaires qataris du club parisien, avec la Tour Eiffel en toile de fond, avait laissé place à des scènes de violences et de pillages dans l'un des quartiers les plus touristiques de la capitale, avec 32 blessés et une quarantaine de personnes interpellées.

Le préfet de police de Paris, Bernard Boucault, avait cristallisé les critiques de la droite, qui avait réclamé son départ à la suite de ces violences.

Article sur le site 20minutes